L’ergothérapie en pédiatrie

Qu’est-ce que l’ergothérapie en pédiatrie ?

L’ergothérapie en pédiatrie prend en charge tout enfant avec un retard dans son développement moteur, sensoriel, cognitif ou affectif. Ce retard implique une difficulté à agir dans la vie quotidienne (jouer, travailler à l’école, manger, s’habiller,…) en raison de perturbations dans l’exécution des activités de l’enfant du fait de difficultés motrices, psychosociales, comportementales et/ou de modulation sensorielle.

Lorsqu’une difficulté est repérée par l’entourage de l’enfant, une évaluation peut être demandée sur prescription du médecin pour permettre d’évaluer les ressources et les difficultés de l’enfant et de déterminer si une rééducation en ergothérapie s’avère nécessaire (sensori-motrice, modulation sensorielle, autonomie dans les activités de la vie quotidienne, conseils et aménagements, appareillage,…). La prise en charge en ergothérapie visera à favoriser un développement harmonieux de l’enfant et un épanouissement dans sa vie quotidienne et ses apprentissages.

schéma1Les principaux motifs de consultation sont :
- Un trouble du spectre autistique
- Un trouble du développement de la coordination (trouble praxique)
- Un trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité
- Des difficultés en motricité fine retentissant au quotidien et dans les tâches scolaires
- Des difficultés graphiques (vitesse, douleurs, qualité de l’écriture, prise du crayon et posture,…)
- Des difficultés cognitives (difficulté à se concentrer, à exécuter une action jusqu’au bout,…)
- Une déficience intellectuelle
- Un déficit moteur
- Des troubles sensoriels (hypersensibilité au bruit, intolérance aux vêtements,…)

L’intervention précoce en ergothérapie
L’intervention de l’ergothérapeute auprès du jeune enfant a trois principaux objectifs :

  1. La prévention avec pour but premier de faciliter l’acquisition d’habiletés développementales et de minimiser les effets à long terme des facteurs de risque.
  2. La récupération de certaines habiletés par la rééducation (ou l’éducation), visant également à prévenir des conséquences permanentes.
  3. La compensation afin de minimiser les conséquences des difficultés de l’enfant sur son fonctionnement global et son autonome au quotidien, par la mise en place d’adaptations.

Dans un premier temps, l’ergothérapeute va proposer une évaluation de l’enfant en s’attachant aux trois composantes suivantes :

  1. Évaluation du développement de l’enfant : rechercher ses points forts et ses faiblesses ;
  2. Évaluation de la tâche à réaliser : adéquation entre les capacités de l’enfant et les exigences de la tâche ou de l’activité à réaliser ;
  3. Évaluation du contexte de réalisation de la tâche : l’environnement de l’enfant (facteurs qui peuvent nuire ou soutenir ses performances).

L’intervention de l’ergothérapeute consiste également en : 

- Une information et un accompagnement de l’enseignant et de l’auxiliaire de vie scolaire ;
- Des conseils et une aide à la mise en place d’adaptations scolaires en fonction de l’âge et des difficultés (aménagements des supports scolaires, outils de compensation adaptés,…) ;
- Des actions au sein du suivi pluridisciplinaire de l’enfant.

L’établissement d’un partenariat avec la famille s’avère primordial pour assurer l’efficacité de l’intervention et ses impacts sur le développement de l’enfant.

La mise en place d’une approche collaborative et interdisciplinaire sera également recherchée pour aider l’enfant et sa famille à atteindre leurs objectifs. Elle consistera en des échanges réguliers avec les autres partenaires de soins et l’équipe éducative de l’enfant (enseignants, AVS,…) et en la définition commun d’un projet d’accompagnement centré sur les besoins de l’enfant et de sa famille.

champs d'intervention 

Laisser un commentaire